Expo à voir : « Divas, d’Oum Kalthoum à Dalida » (1)

Aujourd’hui, je suis allée au musée. Deux fois. J’y ai vu deux expositions consacrées aux femmes dont le maître-mot est l’émancipation.

La première, que je vous présente aujourd’hui, est « Divas, d’Oum Kalthoum à Dalida » à l’Institut du Monde Arabe. Cette exposition revient sur l’âge d’or de la musique et du cinéma arabe en célébrant ses divas : Fayrouz, Oum Kalthoum, Warda, Sabah, etc… L’expo est divisée en 4 actes : les femmes pionnières et avant-gardistes féministes, les « Divas » aux voix d’or, les productions ciné « Nilwood » et le regard d’aujourd’hui.

1 – L’expo s’ouvre sur Le Caire du début du XXème siècle, période de « renaissance intellectuelle » dont la capitale égyptienne est le coeur du monde arabe. On y découvre les pionnières du féminisme égyptien : Hoda Chaaraoui et Cela Nabaraoui. Elles vont fonder en 1923 « L’Union féministe égyptienne pour la défense des droits des femmes », Hoda va être la première femme à se dévoiler publiquement. Toutes les deux, elles créent « L’Egyptienne, Sociologie, féminisme, art »

Magazine féministe « L’Égyptienne », Numéros 18, Le Caire, 1926, Paris, Institut du monde arabe, ©IMA

 

2 – Puis viennent les 4 Divas au voix d’or : Oum Kalthoum, Warda al-Djazaïria, Asmahan et Fayruz. On déambule au coeur de leur loge, on y découvre des extraits de chansons mais également des objets personnels et des magnifiques photos. Puis, on est propulsé spectateurs et spectatrices d’un de leur concert.

Oum Khalthoum : 

Vinyle d’Oum Kalthoum, 45 tours, Paris, collection : Discothèque Radio France © Discothèque Radio France

Asmahan : 

Elias Sarraf, Portrait d’Asmahan, Alexandrie, circa 1930, Beyrouth, Fondation arabe pour l’image, collection Faysal el Atrash 

© The Arab Image Foundation

Warda : 

Portraits de studio de Warda al-Djazaïria, Circa 1970, Alger, collection Reyad Kesri, © Cherif Ben Youcef / collection Reyad Kesri

et évidemment Fayrouz :

Vinyle de Fayrouz « Nâtûrat al-mafâtîh » 1972, Beyrouth, collection Abboudi Bou Jawde, © Abboudi Bou Jawde

Evidemment, je pourrais vous en raconter bien davantage sur ces 4 femmes exceptionnelles, mais je n’en ai pas vraiment envie, il faut vraiment venir découvrir cette expo au son de leur voix incroyable.

3 – Retour sur l’âge d’or des stars de Hollywood sur le Nil.

Saviez-vous qu’entre la fin des années 1930 et le début des années 70, l’Egypte devient le 4ème production mondial de films ? Retour sur Nilwood, les comédies musicales et ces divas actrices.

Dalida :

Dalida devant les pyramides à Gizeh, reportage photographique pour la promotion de son premier récital en français au cinéma Rivoli au Caire, Le Caire, avril 1959, Paris, D. R.  Productions Orlando © D.R. Orlando Productions

Faten Hamama : 

Faten Hamama en couverture du magazine « Al-Kawakeb » (Les planètes), Egypte, 1954, Beyrouth, collection Abboudi Bou Jawde, © Abboudi Bou Jawde

4- Héritage et résonances contemporaines : cette quatrième partie est consacrée à la présentation d’oeuvre contemporaine inspirée de nos Divas.

Shirin Neshat, Image extradite de la video Remembrance, 2019, Paris, Noirmontartproduction © Shirin Neshat. Courtesy Noirmontartproduction

 

Si vous souhaitez voir plus de photos, plus de contenus sur cette expo, n’hésitez pas à aller sur mon Instagram (@mrsaurelie), j’ai créé un onglet « expo » à la Une où vous pourrez découvrir les magnifiques photos, objets personnels que l’on nous propose lors de la visite. Evidemment, si vous ne voulez pas être spoilé.e, n’y allez pas, c’est pour cette raison que je n’ai pas posté de photo de ma visite, pour éviter ainsi de trop vous en montrer, et de vous laisser la surprise !

Mon avis sur cette expo : elle est exceptionnelle. J’ai vraiment ADORÉ, tant le contenu que la scénographie, la première partie consacrée à l’arrivée du féminisme qui a permis et ouvert le chemin à ces divas pour pouvoir s’exprimer m’a particulièrement plu. Je connaissais « un peu » les divas de la chanson mais pas du tout les divas du cinéma, à part Dalida bien sûr, j’ai beaucoup appris et je dois vous avouer que j’ai écouté Fairouz tout l’après-midi, je suis retombée en amour de la musique arabe.

Plus d’informations : https://www.imarabe.org/fr/expositions/divas-arabes

You Might Also Like

Laisser un commentaire