Culture Lecture

Lecture été 2020 – Part. 1

 

Je suis très très très en retard pour vous raconter ce que j’ai lu dernièrement ! Mon dernier post sur ce sujet datant du mois de mai, je me rends compte que j’ai une sacrée pile (virtuelle, liseuse oblige) à vous confier ! Je vous avais quand même conseiller très fortement de lire le nouvel opus de Joel Dicker, « Le Meurtre de la chambre 622 » dont je vous parlais ici mais je n’avais pas eu assez de temps pour vous parler de mes autres lectures !

 

Les Incroyables aventures des Soeurs Shergill, Balli Kaur Jaswal :

Pitch : Dans la famille Shergill, il y a : Rajni, l’aînée, mère de famille au bord de l’implosion depuis que son fils ado lui a fait une révélation fracassante. Jezmeen, la séductrice un brin égoïste, petite actrice londonienne dont le dernier bad buzz tourne en boucle sur les réseaux sociaux. Et enfin, Shirina, la docile cadette, dont le parfait mariage arrangé commence à sérieusement battre de l’aile.
Trois sœurs que tout oppose et qui vont devoir se supporter pour réaliser la dernière volonté de leur mère : accomplir un pèlerinage en son honneur en Inde, de Delhi au Temple d’or d’Amritsar.
Combien de temps avant que tout dérape ?
Les voies d’une mère sont impénétrables… Dans ce pays aux facettes multiples, et parfois violentes, les sœurs Shergill embarquent pour un incroyable voyage à la découverte de leurs racines et d’elles-mêmes.

Mon avis : J’ai adoré ce roman. En plus d’être une invitation à un voyage initiatique en Inde, on en apprend beaucoup sur le statut de la femme et sur les relations intrafamiliales, les droits mais surtout les devoirs de ceux qui sont partis et de ceux qui restent. C’est toujours un réel plaisir de découvrir de nouveaux auteur.es, et Balli Kaur Jawar en fait partie !

 

Les faire taire, Ronan Farrow :

Pitch : En 2017, une simple enquête pour la chaîne de télévision NBC mène Ronan Farrow à une histoire dont on n’ose parler qu’à voix basse : un des producteurs les plus puissants de Hollywood serait un prédateur sexuel, protégé car il règne par la terreur et l’argent. Ainsi démarre l’affaire Harvey Weinstein.
Alors que Ronan Farrow se rapproche de la vérité, des hommes de l’ombre issus de prestigieux cabinets d’avocats et de cellules d’espions montent une campagne d’intimidation, menacent sa carrière, le traquent sans relâche et instrumentalisent son passé familial. Au même moment, il est confronté au sein de sa chaîne à un degré de résistance incroyable, mais il a enclenché le mouvement : partout dans le monde des femmes se lèvent pour témoigner.
Les faire taire c’est la voix de ces femmes qui ont tout risqué pour dire la vérité. Impressionnant travail d’investigation se lisant comme un thriller, Les faire taire nous invite dans les coulisses d’une enquête qui secoue notre époque.

Mon avis : S’il y a bien un ouvrage à lire pour comprendre le phénomène #MeToo et l’affaire Weinstein, c’est bien celui-ci. Il nous permet de comprendre comment Weinstein agissait et pourquoi tout ce passait sans qu’il soit inquiété. Ronan Farrow lève le voile également sur le pouvoir qu’exercent les hommes influents des médias sur les femmes vulnérables qu’ils choisissent tels des éperviers.

I love you mochi, Sarah Kuhn :

Pitch : Kimiko, une jeune Californienne d’origine japonaise, prépare son admission professionnelle dans une université d’arts réputée pour son talent. Seulement, voilà : depuis plusieurs mois, elle est incapable de dessiner quoi que ce soit de pertinents. Alors, quand ses grands-parents restés au Japon l’invite à leur rendre visite, elle saute sur l’occasion pour se libérer de l’atmosphère étouffante qui a envahi leur maison. Arrivée sur place, elle a tôt fait de se perdre dans le dédale des majestueuses rues de Kyoto. Et c’est au détour d’une boutique de mochis, cette délicieuse pâtisserie aux couleurs du printemps, que Kimi fait la rencontre d’un jeune étudiant pas comme les autres, Akira, qui va se donner pour mission de l’aider à trouver sa voie d’entrée…

Mon avis : A l’instar des « Incroyables aventures des soeurs Shergill », j’ai choisi ce roman un peu par hasard, pas complètement, parce qu’il se passe au Japon et que je suis toujours friande de lire des écrits en lien avec ce pays, et j’ai bien fait ! « I love you mochi » est un roman frais, qui distille de la douceur et qui est véritablement feel good ! Il est à l’image de sa couverture : une vraie gourmandise à lire d’un trait au bord de la piscine.

La Boite Noire, Ito Shiori :

Pitch : Alors âgée de 26 ans, Shiori Ito est journaliste. Un soir, elle rejoint Noriyuki Yamaguchi – biographe du premier ministre Shinzo Abe – au restaurant pour un dîner d’affaires. Quelques heures plus tard, elle se réveille dans une chambre d’hôtel, en train de se faire violer.Commence alors un véritable parcours du combattant. Son obstination finit pourtant par payer, et la justice inculpe le violeur.Mais un coup de théâtre vient tout remettre en cause : l’arrestation est annulée après un appel téléphonique du chef de la brigade criminelle, proche du premier ministre. La justice prononce finalement un non-lieu.#MeToo est devenu #WeToo dans un Japon où la prise de parole individuelle, à visage découvert, est synonyme pour les femmes de véritable suicide social.

Mon avis : En lien avec ce que j’ai dit plus haut sur « Les Faire Taire », lire « La Boîte Noire » nous aide à comprendre les relations homme/femme dans un Japon qui dénigre encore trop la parole de la femme. Courageusement, l’auteure nous décrit dans les détails par toutes les étapes auxquelles elle a dû passer. On ne peut que frémir face aux différentes façons dont elle est traitée et par le manque de considérations de la police et des médecins. Parfois compliqué à lire en tant que femme, La Boite Noire est un roman édifiant et on ne peut qu’admirer la courageuse Shiori Ito qui cherche à faire avancer les choses et ose se poser en tant que porte-parole dans une société japonaise encore conduite par l’honneur et les qu’en dira-t-on.

 

 

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire