IMG_1608
Mode

Ma passion pour la seconde main

Comme je vous l’écrivais il y a quelques semaines dans mon article intitulé « Mes astuces pour réduire mes déchets« , je ne vais plus dans les boutiques de fast fashion. Aujourd’hui, ça fait plus d’un an que je n’ai rien acheté chez Zara ou H&M par exemple, la seule enseigne dans laquelle je vais de temps en temps, c’est Uniqlo, je suis une fan de leurs basiques et de leurs tee-shirts en édition limitée (chacun ses petits travers, n’est-ce pas !). Mais en bonne fashionista (c’te blague), il a fallu que je trouve des alternatives.

Je me suis donc tournée vers les friperies, les boutiques vintage et Vinted. Et je peux vous dire que ce que j’aime le plus c’est farfouiller. J’adore passer du temps à fouiller pour déterrer une pépite, réfléchir à la façon dont je vais la marier ou la porter, presqu’autant que de me voir dedans ! Mais pas de panique si vous n’aimez pas fouiller ou si vos souvenirs olfactifs vous rappellent la mauvaise odeur de naphtaline, rassurez-vous : désormais les boutiques de seconde main ressemblent à s’y méprendre à des boutiques « ordinaires », les vêtements sont bien exposés, sont lavés et repassés, vous ne serez pas obligé de fouiller ou de vous mettre une épingle à la linge sur le nez pour vous dégotter une perle !

Évidemment, contrairement aux boutiques/friperies  dans lesquelles on « voit » les rayons et vers lesquels on peut se diriger directement, Vinted est une sorte de caverne d’ali-baba ou de monstroplante (paye ta référence des années 80 !) de la vente de fringues, si on ne fait pas de recherche précise, on peut vite se perdre dans les dédales et ça risque de devenir chronophage, alors je vous conseille vivement soit de faire des recherches par type de vêtement, par marque précise ou par boutique en fonction du look voulu, il existe pléthore de petites « boutiques Vintage ».

En ce qui me concerne, j’achète plutôt des pièces intemporelles : comme des manteaux, j’ai shoppé de très belles pièces notamment en cachemire, en laine (et même en fourrure) (tous les manteaux que je porte depuis quelques années proviennent de boutiques d’occasion) ; des pulls en cachemire ou en laine ; des 501 vintage (je me suis prise de passion pour les jeans taille haute), des chemisiers ; des bottines en cuir ; des sacs à main par exemple.

Passion manteaux, vestes et trench, voici un tout petit échantillon de ma collection, j’en ai de toutes les formes, de toutes les matières et de toutes les couleurs :

IMG_1580

IMG_1586

IMG_1585

Acheter des choses en cuir de très bonne qualité et neuves coûtent excessivement cher mais désormais je les acquiers en seconde mai comme ces Chelsea Boots noir toute en cuir que j’ai obtenu à 20 euros sur Vinted à la place de 175 euros en boutique, idem pour ces bottines en daim violet que j’ai du payer 20 euros également au lieu de 180 euros.

IMG_1596

Idem pour les jeans, aujourd’hui, les jeans possèdent plus élasthanne que de denim, en farfouillant bien, j’ai dégoté ces deux 501 en VRAI jean pour moins de 15 euros pièces, je me souviens même de la tête du vendeur chez Levi’s quand je lui ai apporté le bleu pour qu’il me fasse un ourlet « Waouh, c’est de la belle qualité ! Il est vintage celui-là ! Ils ne sont plus du tout comme ça désormais » !

Mes fameux 501 :

IMG_1591

Je voue une véritable passion pour les foulards (je tiens ça de ma grand-mère qui ne sortait jamais sans un carré de soie autour du cou), les friperies m’aident à élargir ma collection :

IMG_1590

J’aime beaucoup aller dans des boutiques de seconde main à l’étranger, pour le moment mes plus chouettes souvenirs sont au Japon ! Contrairement à ce que nous pourrions penser, Tokyo regorge de friperies, il y en a partout ! De mon séjour à Tokyo, entre mille autres choses, je m’étais ramenée une veste de kimono en soie de toute beauté, qui, dans mon souvenir, ne m’avait pas couté plus de 10 euros.

IMG_1603

IMG_1607

Une de mes pépites shoppée pour une dizaine d’euros, il y a quelques mois : ce chemisier vintage Alain Manoukian

IMG_1579

Il n’est pas toujours évident de porter des vêtements qui ont été portés par d’autres, je peux le comprendre, mais aujourd’hui, on ne peut plus fermer les yeux sur les dérives de la mode à bas prix, si vous ne l’avez pas vu, je vous conseille de visionner ce documentaire aussi effrayant que passionnant pour prendre conscience de l’impact écologique et social que peut avoir la fast fashion : « The True Cost » (il est sur Netflix).

 

Au delà de réduire ses déchets, acheter de la seconde main a d’autres avantages. Je ne sais pas si vous l’avez déjà remarqué mais la qualité des vêtements baisse drastiquement, les matières utilisées pour vous faire un tee-shirt à 4,99 euros sont tellement cheap et les coûts de fabrication tellement bas, que ce tee-shirt blanc à 4,99 euros a une espérance de vie de 3 lavages à 30° grand max. Acheter de la seconde main signifie donc acheter de la meilleure qualité, les fringues ont passé l’épreuve du temps et du lavage en machine et sont toujours intact, que demande-t-on de plus ? Je suis devenue hyper vigilante sur la qualité des fringues, comme que je vous l’écrivais plus haut, j’en peux plus des pulls qui boulochent au bout de 2 lavages, des tee-shirts qui rétrécissent ou qui se déforment à la vitesse de la lumière. Je préfère avoir moins mais de meilleure facture.

Donc si je résume bien, acheter de la seconde main : c’est réduire ses déchets, faire des économies, avoir une garde-robe remplie de belles pièces, arrêter de participer à l’esclavagisme moderne. A mon échelle évidemment, je suis fière de me dire qu’en consommant d’une autre manière,  j’ai un impact écologique et sociale.

Et vous, achetez-vous de la seconde main ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *