Culture

{Expo} L’Age d’or de la peinture Anglaise

IMG_8639

… de Reynolds à Turner.

Aujourd’hui, direction le Musée du Luxembourg, musée où je ne suis allée que très rarement, pour aller admirer l’exposition consacrée à la peinture anglaise de la fin du 18è siècle : « L’Age d’or de la peinture anglaise, de Reynolds à Turner« . Je ne connaissais quasiment pas les artistes de l’Age d’or de la peinture anglaise que je m’apprêtais à admirer à part Turner, et c’est fort bien regrettable, mais voilà chose corrigée depuis hier ! J’avais hâte de découvrir ces artistes, et je n’ai pas été déçue !

IMG_8644

George III débute son règne et a pour ambition de promouvoir les Arts de son pays par le biais de l’éducation et d’exposition. C’est dans cette optique qu’il va créer la Royal Academy of Arts en 1768. Deux grands portraitistes, Thomas Gainsborough et Joshua Reynolds, deviennent les peintres du Roi, la critique de l’époque les opposant régulièrement, ils vont la prendre à son jeu et se mettre à produire des œuvres dans l’intention délibérée d’inviter à la comparaison. C’est tout naturellement par la « confrontation » des maitres que débute l’exposition. On y voit des portraits majestueux de membres de la famille royale mais aussi de l’élite londonienne. Le regard de chaque portrait nous transperce, comme notamment celui du neveu de Thomas Gainsborough, peintre lui-aussi, Gainsboroug Dupont.

IMG_8640

Gainsborough Dupont, Thomas Gainsborough

J’adore le côté intrépide de cet enfant et ses bonnes joues roses, détail qui va apparaitre sur la majorité des portraits d’enfants de l’époque.

IMG_8642

Master Crewe en Henri VII, Joshua Reynolds

Ensuite, nous découvrons d’autres artistes comme Zoffany, Romney, etc… et une diversité de styles comme la famille, la nature, l’éducation, la vie rurale et la colonisation de l’Inde, sont autant de thèmes qui vont parcourir cette période faste pour la Grande Bretagne qui débute sa révolution industrielle mais qui à travers les arts tend à conserver son esprit rural.

IMG_8646

Chamonix et le Mont Blanc, depuis les versants de Montenvers, Turner

Le thème qui m’a le plus marqué et dont je suis restée en admiration devant pendant quelques longues minutes : la mythologie (religieuse) avec l’œuvre de Turner « La Destruction de Sodome« , toile majestueuse et l’œuvre exceptionnelle de J. Martin « La destruction de Pompéï et d’Herculanum » .

La destruction de Sodome, Turner

La Destruction de Sodome, William Turner

    IMG_8649

La destruction de Pompéï et d’Herculanum, John Martin

IMG_8650

Extrait de La destruction de Pompéï et d’Herculanum, John Martin

Je ne peux que vous conseiller de vous rendre au Musée du Luxembourg découvrir cette exposition aussi rare qu’exceptionnelle. La majestuosité des portraits qui nous accueillent ne devrait pas vous laisser de marbre !

Infos pratiques :
  •  Musée du Luxembourg : 19 rue de Vaugirard 75006 Paris
  • Du 11 septembre 2019 au 16 février 2020
  •  ouverture tous les jours de 10h30 à 19h, nocturne jusqu’à 22h le lundi
    ouverture les 24 et 31 décembre 2019 de 10h30 à 18h
    ouverture tous les jours fériés sauf le 25 décembre 2019
    Dernière entrée : 45 mn avant l’heure de fermeture du Musée
  •  13 euros, et tarif réduit
  • https://museeduluxembourg.fr/

(2) Comments

  1. Billets réservés! J’y vais le 13 novembre. J’aime beaucoup les expositions du Musée du Luxembourg. Elles sont en général très bien faites. Je suis curieuse de voir celle-ci car je ne connais pas vraiment les peintres anglais. Ce sera l’occasion.
    Tu as raison, la toile de John Martin, La destruction de Pompéï et d’Herculanum, est impressionnante!

    1. J’aime beaucoup le côté intimiste du Musée du Luxembourg aussi ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *