« Au revoir là haut » d’Albert Dupontel

Affiche Au Revoir La Haut

D’ici quelques jours, tout le monde aura la chance de découvrir « Au revoir là haut », la sublime adaptation qu’Albert Dupontel a réalisé du Prix Goncourt 2013.

Synopsis : « Novembre 1919. Deux rescapés des tranchées, l’un dessinateur de génie, l’autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts. Dans la France des années folles, l’entreprise va se révéler aussi dangereuse que spectaculaire.. »

Vous écrire que j’ai été touchée pour de multiples raisons par ce film est un doux euphémisme, « Au revoir là-haut », version Dupontel (je n’ai pas encore lu le best-seller de Pierre Lemaitre) m’a embarquée dans sa folie, je n’ai de cesse d’y repenser. Ce film est si poétique, si touchant, tellement drôle malgré le sujet traité et particulièrement critique sur notre société. Alors oui, l’histoire se déroule à la fin de la Première Guerre Mondiale, mais nous pourrions aisément la transposer à notre époque, on vit toujours dans une société où les riches s’engraissent sur le dos des pauvres et des miséreux. L’art de Dupontel est de faire passer la critique avec beaucoup de beauté, d’élégance et de raffinement.

Esthétiquement parlant, ce film est un ravissement : la réalisation, les plans larges, les décors mais aussi et surtout le soin apporté aux costumes est stupéfiant : les masques portés par Edouard sont d’une beauté renversante, et tous en rapport avec l’art des années 20, je ne vous en dis pas plus, je vous laisse découvrir !

Au Revoir La Haut 1

Au delà d’être un grand réalisateur, Albert Dupontel est aussi un grand acteur : il joue merveilleusement bien le poilu, ancien comptable qui n’a pas retrouvé son travail à son retour du front, d’une douceur attendrissante, d’une bienveillance parfois naïve mais un peu violent malgré lui. Mention spéciale également aux grands yeux bleus si expressifs de Nahuel Perez Biscayart qui derrière ses différents masques et sa gestuelle parfaite nous distille une palette d’émotion rare qui nous ensorcèle pendant 2h.

Pour les puristes, je dois vous prévenir tout de même, avec le consentement de l’auteur, Albert Dupontel s’est permis quelques ajustements, mais selon Pierre Lemaitre, ils en valent le coup ! 😉

Je pense que vous avez compris que j’ai aimé ce film et que je vous conseille de le voir, je vous souhaite d’être touché comme je l’ai été et de croire au renouveau du cinéma français.

« Au revoir là haut » d’Albert Dupontel, en salle le 25 octobre.

Laisser un commentaire