« Ma critique télérama du pauvre, mon pote » : De plus belle, de Anne-Gaëlle Daval

cinema

Avec « Patients » de Grand Corps Malade et Medhi Idir, « Les Derniers Parisiens » de Hamé et Ekoué, je ne pensais pas encenser un troisième film français en si peu de temps et pourtant « De Plus Belle » de Anne-Gaëlle Daval est une belle surprise !

De Plus BElle

Un bien beau film, avec une bien belle thématique et un bien beau casting.

J’ai été hyper touchée par la thématique, forcément, le cancer et la femme, ce cancer qui ampute un des symboles de la féminité, l’incapacité de se laisser toucher, le regard des autres, mais aussi par le jeu parfait de Florence Foresti, elle est sensationnelle, tellement loin de ce qu’on lui connait habituellement, et la délicatesse du jeu de Mathieu Kassovitz.  Si j’avais imaginé un couple de cinéma, jamais je n’aurais pensé à eux, mais force est de constater que ça marche, et ça marche plutôt très bien ! Je me demande d’ailleurs encore pourquoi Mathieu Kassovitz est si peu présent dans le cinéma français, ce mec est pourtant tellement brillant. Quant aux seconds rôles, ils ne sont pas en reste, ils sont tout aussi formidables les uns que les autres.

Et puis au delà de la maladie et du corps amputé, les scènes de réappropriation du corps sont tellement belles… « De Plus Belle » nous distille de la bonne humeur, de l’espoir, du bonheur et beaucoup d’amour.

Bref, un bon feel-good movie français, un vrai coup de coeur, à aller voir.

Laisser un commentaire