cinema

Hello, hello !

En cette nouvelle année, j’ai décidé d’innover un peu et de ne pas vous parler uniquement des films que je vois au ciné mais aussi de ceux que je vois à la maison, en dvd (ou en streaming).

Pour l’occasion, j’ai même décidé de donner un petit nom à cette rubrique : « Ma critique Télérama du pauvre, mon pote » (Un peu long en hashtag #macritiqueteleramadupauvremonpote, non ? 😬)

Clouée au lit (vraiment) depuis 5 jours, j’ai eu tout le loisir de rattraper mon retard ou de découvrir des pépites à côté desquelles j’étais passée lors de leur sortie ciné…

Animal Kingdom, de David Michôd

animal-kingdom

Film indé australien, puissant, bien écrit et parfaitement maitrisé. Chronique d’une famille de criminels : la violence, la famille, les liens toxiques… filmés comme une évidence. Un réalisme froid saisissant. Des acteurs tous aussi formidables les uns que les autres.

A voir absolument.

La Vache, de Mohamed Hamidi

la-vache

Un vrai joli film, touchant, rempli d’humour et d’amour, plein de bons sentiments et de naïveté mais qui fait un bien fou, un vrai feel-good movie.

Tumbledown, de Sean Mewshaw

tumbledown

Je pense que sur le papier, si j’avais vu la bande-annonce, jamais je ne serais allée le voir au ciné, tellement ce film transpire le bon sentiment et le happy end à la noix. Mais j’ai cliqué sur le lien. Et j’ai aimé, tellement.

Ce film est extrêmement touchant, encore un film sur le deuil, perdre son grand amour à 30 piges, j’ose à peine l’imaginer, mais en plus devoir partager avec d’autres sa mémoire, se refaire confiance et refaire confiance à l’autre, …

On sait tous à peu près ce qu’il va se passer mais la narration est tellement jolie qu’il serait idiot de passer à côté et de ne pas rentrer dans ce mélo de son plein gré. (Oui oui, j’ai vraiment beaucoup aimé ce film)

Le Fils de Jean, de Philippe Lioret 

le-fils-de-jean

La filiation, qu’y-a-t-il de plus difficile à exprimer ou à mettre en scène sans que ce soit larmoyant, plein de bons sentiments et relou ? Eh bien, Philippe Lioret, aidé par un casting impeccable, Gabriel Arcand est absolument formidable de justesse, y est arrivé : Le Fils de Jean est un film sur la filiation, certes, mais intimiste, juste et élégant. Bercé par l’accent québécois et arrosé de sirop d’érable, Le Fils de Jean est un très joli film à voir sans être sirupeux, vraiment.

Ciné !

Nocturnal Animals, de Tom Ford

nocturnal-animals

Quand j’ai lu que Tom Ford se préparer à sortir son second long métrage, j’ai trépigné, j’avais tellement aimé son premier film « A Single Man ».

Je suis donc allée le voir cet après-midi. Ma jauge d’énergie, (identique à celle d’une batterie d’Iphone ces jours-ci, comprenez que j’ai l’impression d’être à au moins 50% mais que deux minutes plus tard, je tombe à 2%, ahahah !) m’a permise d’enfin aller le voir. J’avais tellement hâte.

Je me suis assez ennuyée.

J’ai trouvé le film sublime esthétiquement parlant, le réalisateur a du gout, c’est incontestable, les images sont superbes, le cadre, la photo… du grand art… en revanche, je suis assez déçue concernant la narration : je l’ai trouvé brouillonne, beaucoup trop alambiquée, seul David Lynch a le droit et surtout le talent pour faire un film de ce type. En fait, je me suis ennuyée devant le lego scénaristique (encore maintenant, je n’arrive pas à faire les liens) et j’ai trouvé la mise en scène un peu lourdingue…

Mais une fois de plus Jake Gyllenhaal est parfait.

Ceci était « Ma critique Télérama du pauvre, mon pote » !

Bisous bisous